Parti pris et la révolution tranquille

Ce texte de Charles Gagnon, militant bien connu durant les décennies 1960-70 et 80, a d’abord été présenté en 1984 à un comité de professeurs de l’UQAM, dans le cadre d’un projet de thèse de doctorat qu’il leur soumettait, dont le sujet général était la généalogie et l’analyse de ce qu’il appelait « La Nouvelle gauche québécoise des années 60 ». Cette thèse n’a jamais été complétée. Gagnon en a cependant par la suite transcrit des extraits, dont celui qui suit, dans une perspective de publication éventuelle de ses écrits marquants. Celle-ci a été faite par les Éditions Lux, en trois tomes, quelques années après sa mort. Le texte qui suit a donc été rendu public pour la première fois en 2011, dans le troisième de ces tomes, soit celui qui porte le titre « La crise de l’humanisme ». (suite…)

Continuer la lecture

Le retour de la gauche et le piège de la souveraineté

Charles Gagnon, 13 décembre 1997

Le texte qui suit est une lettre que le journal Le Devoir a publié, le 13 décembre 1997, lettre lui ayant été envoyée par Charles Gagnon, alors relativement en retrait de l’action politique militante après qu’il eut été une figure importante de la gauche québécoise durant les décennies 1970 et 1980. Elle fait suite à la participation de Gagnon à une assemblée publique tenue quelques jours auparavant, à l’initiative de militantes et de militants dont plusieurs allaient, quelques mois plus tard, former le Rassemblement pour une alternative politique (RAP). Ce rassemblement allait lui-même fusionner, quelques années plus tard, avec Option Citoyenne, pour constituer ce qui est devenu depuis le parti politique Québec Solidaire. (suite…)

Continuer la lecture

L’intersectionnalité : quelques questions

Samy Johsua, Possibles (ATTAC) 1er octobre 2019 *

Une anecdote personnelle pour commencer. Mes voisins (elle, franco-algérienne, lui franco-français, tous les deux adhérents de la CGT) nous invitent à la fête de mariage de son fils à elle (réussite brillante dans la préfectorale, la mariée est franco-française). Fête prévue sur le mode des traditions algériennes. Grande surprise, mon épouse et moi-même sommes les seuls « natifs » invités dans le voisinage. À la question « pourquoi ? », la réponse est : « on ne voulait pas de réflexions ». Sous-entendu, désobligeantes. Et plus précisément, racistes. (suite…)

Continuer la lecture

Transition à l’indépendance : ne pas mettre la charrue avant les boeufs !

 

 

Parmi les sujets importants à l’ordre du jour du prochain congrès de Québec solidaire, les 15, 16 et 17 novembre prochain, il y a celui concernant la transition à l’indépendance, concernant donc la façon dont QS anticipe le déroulement du scénario indépendance. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les commissions « souveraineté » et « politique » du parti, tout comme le « collectif Option nationale », semblent avoir décidé d’en finir avec cette question de manière bien expéditive, faisant l’impasse sur une série de problèmes et de questionnements majeurs. À avoir l’impression que certains veulent mettre la charrue avant les boeufs !

(suite…)

Continuer la lecture

Écosse : L’indépendance de se rapproche

PIKEN Mike, Presse toi à gauche, 1er octobre 2019

L’une des premières actions de Boris Johnson lorsqu’il est devenu Premier ministre a été de s’attribuer le titre de titre de « Ministre de l’Union » et de se rendre en Ecosse pour essayer de contrecarrer l’effondrement du vote en faveur des Conservateurs et d’empêcher l’indépendance.

La crise constitutionnelle qui a explosé avec le coup que constitue la suspension du Parlement et le déni du vote empêchant un Brexit sans accord ne se réduit pas à un affrontement entre le Parlement et l’Exécutif : c’est aussi une crise globale de légitimité de l’État au Royaume -Uni.

(suite…)

Continuer la lecture

Samir Amin : la souveraineté au service des peuples

Samir Amin, économiste égyptien et théoricien des relations de domination Nord-Sud, sort un nouveau livre :  « La souveraineté au service des peuples » (éditions CETIM).

L’objectif du livre est de remettre au centre du débat la question de la souveraineté, un concept majoritairement entendu dans sa dimension nationale-bourgeoise (la souveraineté nationale au service des intérêts économiques de la classe dominante) ou nationale-identitaire voir fasciste (la souveraineté nationale au service d’un groupe ethnique/national précis). (suite…)

Continuer la lecture

Marx et le détour irlandais

En abordant la question nationale, on sait que nos « ancêtres », en commençant par Marx, ont mené de grands débats qui ont continué lors des grandes révolutions du 20ième siècle et au-delà. Au Québec, dans le tournant des années 1960, la gauche québécoise a adopté la perspective « indépendance-socialisme » (le tiret entre les deux mots indiquant qu’il s’agissait, dans cette optique, d’une seule et même lutte). (suite…)

Continuer la lecture

Notes sur les contradictions du nationalisme contemporain

Jonathan Durant-Folco, Ekopolitica.info -12 février 2019

Le nationalisme n’est pas d’emblée démocratique, ni anti-démocratique, bien qu’il prenne aujourd’hui certaines formes franchement autoritaires.  À l’ère de la montée des droites autoritaires, il devient commun à gauche de rejeter le nationalisme en bloc, en l’associant immédiatement au conservatisme ou à l’extrême droite. Ce réflexe anti-nationaliste, qui cherche à se prémunir contre les dérives droitières, contribue à réduire le nationalisme à sa forme caricaturale. Chaque simplification nourrit son contraire, dans un double processus de guerre culturelle concernant la glorification ou la disqualification de l’identité nationale.

(suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu

[contact-form-7 id= »298″ title= »Contact form »]