Stanley Ryerson, le Parti communiste canadien et la question nationale

Extraits du chapitre de Robert Comeau, « Parti communiste canadien, Stanley Bréhaut Ryerson et la question nationale canadienne-française, 1935-1965« , in Stanley Ryerson, un intellectuel de combat, Éditions Vents d’ouest, 1992, également publié sur le site des classiques des sciences sociales,

Stanley Bréhaut Ryerson, qui est devenu le principal intellectuel communiste du Québec, avait adhéré à la section québécoise du Parti communiste du Canada (PCC) en 1934, avant d’en devenir le secrétaire l’année suivante. De 1935, date de la création d’un Parti communiste du Québec, à 1965, ses positions sur la question nationale ont constamment évolué [1]. Après un long cheminement, celui qui avait critiqué à fond les séparatistes de droite regroupés autour de Paul Bouchard et du journal La Nation à la fin des années 30, accordait son appui actif à la cause de l’indépendance du Québec et adhérait au Parti québécois créé en 1968. (suite…)

Continuer la lecture

La relance du Parti québécois ou l’impasse en perspective

Le recul du Parti québécois PQ aux dernières élections a été majeur. Au lendemain du 1er octobre, il s’est retrouvé avec 9 député-e-s, suite à la démission de Catherine Fournier. Ce recul s’inscrivait dans le cadre d’un long déclin amorcé depuis la défaite au référendum de 1995. Près d’un an après cette défaite historique, le 4 septembre dernier, le Parti québécois dévoilait sa proposition principale, un chétif texte de 3 pages, après prétend-on une longue et profonde consultation.

(suite…)

Continuer la lecture

La gauche canadienne doit appuyer l’indépendance du Québec

La question nationale québécoise joue un rôle clé dans le déroulement de la lutte de classes à l’intérieur de l’état canadien. Loin d’être assimilés dans un « melting pot » multicultural canadien, les Québécois ont non seulement survécu comme un peuple mais ont réussi à s’affirmer et se redéfinir comme une nation, une entité géopolitique avec son propre territoire, culture, langue et conscience nationale, dans laquelle la lutte de classes a une configuration et une dynamique uniques dans l’état canadien. (suite…)

Continuer la lecture

Le nouveau nationalisme

Qui saurait dire si c’est l’homme lui-même qui parle ou simplement un brillant calcul politique ? Le projet nationaliste de François Legault se conjugue désormais en trois volets : laïcité, langue et bientôt culture. On attendait le cofondateur d’Air Transat sur le terrain de l’économie et des « vraies affaires », le voici en patriote born again. Bien sûr, la fierté d’appartenance de M. Legault n’a de surprise pour personne. Mais qui aurait cru que celui qui a tourné le dos à la souveraineté pour s’occuper de choses plus immédiates, disons, accoucherait, une fois élu, d’un véritable projet de société ? (suite…)

Continuer la lecture

Nègres blancs d’Amérique : énoncer le traumatisme

Paru en 1968, le livre qu’on ne présente plus de Pierre Vallières est sur le plan de la culture populaire, un incontournable, si l’on veut comprendre la genèse du Québec moderne et de sa fragilité. Il n’a pas la qualité historiographique et la profondeur intellectuelle de l’œuvre d’un Fernand Dumont, mais au même titre que le poème Speak White de Michèle Lalonde, le concept métaphorique de nègres blancs d’Amérique, transposé directement des luttes anticoloniales et étatsuniennes pour les droits civiques, a permis au peuple québécois de nommer et s’approprier la lutte contre la domination anglo-canadienne dont l’Église catholique québécoise était la complice et la garante. Cette domination a été véritablement traumatisante. Son énonciation émancipatrice.

Continuer la lecture

Les formes élémentaires de l’identité : un nationalisme civique est-il toujours possible ?

« Ce qui est meurtrier, c’est de définir son identité contre l’autre » (Amin Maalouf) Je ne crois pas être nationaliste. Je ne fête ni le 1er, ni le 14 juillet, ni la St-Jean. Mais j’exulte quand les Bleus gagnent la coupe du Monde de football et quand les États-Unis sont battus par le Canada au hockey. Un peu chauvin alors ? En même temps, le sport n’est-il pas un excellent remède à la guerre ? Alors, devrions-nous avoir une équipe québécoise de soccer sur les modèles écossais, irlandais ou gallois plutôt que d’affirmer notre Nation à l’aide d’une chasse aux sorcières musulmanes ? Si le chauvinisme sportif se pratique avec fair play, à l’inverse, les exemples historiques de nationalisme transmué en bête immonde ne manquent pas.

(suite…)

Continuer la lecture

Nationalisme et souveraineté dans les luttes autochtones contemporaines

Au Canada, les termes Indiens et premières nations, tout comme sauvages, autochtones et indigènes, sont des désignations politiques à usage variable, dont les emplois se créent et se règlent au sein de la relation coloniale entre l’État et les peuples autochtones. Il est alors question d’assignation, d’appropriation, de contestation, de reconnaissance, de négociation, d’affirmation. Comme le lexique des rapports coloniaux est symptomatique de ces relations elles-mêmes, il faut relire son utilisation chez les peuples autochtones à partir de cette situation historique politiquement équivoque.

(suite…)

Continuer la lecture

La souveraineté du Québec et les peuples autochtones

Premier ministre d’un gouvernement qui allait tenir un référendum sur l’indépendance du Québec, René Lévesque organisa en 1978 une rencontre de plus de 100 chefs des Premières Nations avec des membres importants de son conseil des ministres. Ce texte vise à présenter l’évolution de la politique du Parti québécois (PQ) sur la question du droit des peuples autochtones depuis les discussions tenues en 1978 jusqu’à la politique du nouveau chef, Jean-François Lisée. Celui-ci, dans un livre publié en 2015, explique ce que devrait être la politique de son parti dans l’éventualité d’un prochain référendum.

Continuer la lecture

Les Autochtones et la société québécoise

Sous le capitalisme mondialisé, le colonialisme et l’impérialisme ont restructuré le monde. Cela a pris plusieurs formes même si l’objectif à long terme est resté le même : asservir des populations selon les intérêts des grandes puissances. Au Canada, l’anéantissement a été opérationnalisé par l’assimilation et la destruction de l’identité, de la langue, de l’imaginaire autochtone, couplées à  la destruction de l’économie autochtone, l’accaparement des terres et la clochardisation des populations dans le système d’apartheid mis en place depuis la Confédération (avec la « loi sur les indiens »).

Continuer la lecture
Fermer le menu

[contact-form-7 id= »298″ title= »Contact form »]